Isabelle, Gérard et Christophe SABY, de droite à gauche.
Isabelle, Gérard et Christophe SABY, de droite à gauche.

Se regrouper pour se révolter ne veut pas dire organiser une éventuelle révolution ; mais à écouter les jeunes générations, c’est plutôt pour se projeter vers un avenir responsable. Se révolter, lorsque l’on a toute la vie devant soi peut avoir du sens ! Pour l’instant, le château de cartes tient et si l’idée de comparer à un château de cartes « résonne », des vents violents soufflent sur une nouvelle construction que nous devons saisir à bras le corps. Il semble primordial d’opérer un virage sans précédent afin de consolider plus de deux siècles de progrès, souvent orientés vers les profits. L’extinction de la biodiversité est aujourd’hui incontestable.

Et si dans les décennies prochaines, c’était au tour des humains de disparaître ! Déjà, entre nous, nous ne nous faisons pas de cadeau. Sans parler du Nord et du Sud et des riches et des pauvres, l’exploitation de l’homme par l’homme dans notre propre pays s’amorce insidieusement. Livreur à vélo par exemple, voici un métier envers lequel nous n’avons pas la moindre pitié. Célébrés au plus dur du confinement, ils sont transparents aujourd’hui, exploités, et pour survivre s’orientent vers la livraison à domicile d’épicerie. S’ils sont invisibles en campagne, aucune grande ville n’y échappe, ils sont à notre porte. Il est l’heure de s’assoir, afin de réfléchir à la vie que nous voulons. Tous responsables ! Tous !

Notre secteur

C’est curieux comme notre filière blé/farine/pain séduit de plus en plus de monde. Après le passage de nombreux évènements professionnels, nous avons découvert de véritables artistes réalisant des chefs-d’œuvre lors des concours. Nous avons aussi découvert à quel point le « fooding » attirait des hommes et des femmes en reconversion. Ceci est sans doute l’effet « audiences télé » d’émissions souvent animées par des chefs talentueux. Les cols tricolores brillent, nos métiers séduisent, les tentatives d’installations sont nombreuses. Il est bon d’observer le comportement des nouveaux installés, car l’arrivée d’un regard neuf permet de nous remettre en question : design, personnel habillé, composition affichée des produits, clic & collect… Faire du pain est un vrai métier, réaliser de belles pâtisseries est un autre métier, gérer une entreprise exige de multiples talents et de la polyvalence.

Toute l’équipe de LA TRIBUNE DES MÉTIERS vous encourage à bien vérifier l’état de vos équipements avant Noël (froid, chaud), à maîtriser le stock de vos matières premières et vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année. Bonne lecture de ce numéro de novembre/décembre et à bientôt.

Gérard SABY