Samuel et Roland HERZOG
Samuel (à gauche) et Roland HERZOG

Il existe de multiples canaux pour vendre son entreprise. Roland, à la tête de sa boulangerie depuis près de 30 ans, a choisi de transmettre la totalité de ce qui fut toute sa vie professionnelle à l’un de ses anciens apprentis. Celui-ci était parti découvrir d’autres méthodes, d’autres structures plus ou moins grosses, puis est revenu sur ses premiers pas… « La maison était bonne » dit-il, avec un petit sourire en coin… 

C’est à Muntzenheim, une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Grand Est, que Samuel succèdera à son patron et formateur. Il faut rappeler qu’il connaît bien l’entreprise. Samuel à fait sa formation voici 13 ans auprès de Roland Herzog qui lui a prodigué des conseils, donné des astuces et l’a encouragé à être toujours rigoureux et à faire travailler sa mémoire pour chaque recette afin d’atteindre la perfection. Samuel était attentif car son rêve était, lui aussi, d’avoir sa boulangerie. Roland a formé de nombreux apprentis et participé en qualité de professeur à de nombreux examens d’apprentissage.

Roland donne de précieux conseils à nos lecteurs pour faciliter la transmission. Le premier, serait de regarder si le successeur ne serait pas déjà dans l’entreprise ! Au départ, l’entreprise était composée de 3 personnes ; aujourd’hui, 25 salariés s’activent et il a fallu, au fil des années, apprendre à maîtriser les achats volumineux, le management, l’implication du personnel de vente dans la composition des produits, c’est-à-dire les deux colonnes « recettes/dépenses » dans une ambiance en boulangerie souvent familiale. Second conseil, penser à sa succession bien avant la retraite, c’est-à-dire au moment même où la première situation de la sécurité sociale arrive. Ensuite, avoir un comptable qui intervient en qualité de conseil et pas uniquement sur la gestion de l’entreprise car si le chef d’entreprise s’en va, l’entreprise doit continuer d’exister. Roland conseille également de ne pas être frileux à l’idée de dire aux fournisseurs que l’entreprise se prépare à une éventuelle transmission dans les années à venir. Les grossistes et meuniers sont d’excellents ambassadeurs et connaissent de nombreux jeunes désireux de s’installer.

Le retour de Samuel auprès de son formateur Roland à bien entendu facilité les choses. Aujourd’hui, l’accompagnement se fait en douceur : depuis plusieurs mois, Roland ouvre tous les comptes à Samuel, les achats sont effectués par les deux hommes, le management se fait dans une ambiance sereine, la comptabilité est l’affaire d’un professionnel mais elle est expliquée poste par poste, la banque a facilité l’opération… C’est parti ! Samuel vient d’obtenir son K’bis.

Le stade de « je te montre » est terminé, maintenant c’est « tu fais » ! Nous souhaitons à Roland et son épouse une excellente retraite, à Samuel, le nouveau boulanger et son épouse Linda (qui garde son emploi chez un notaire), un parcours professionnel heureux et harmonieux.